CatalogueConcertsConférence-concert

Duo Catalicia

Duo Catalicia

Concerts privés ou publics

Conférence-concert

Le piano à quatre mains
Ana Pérez Ventura / Ángel Álvarez Safont

Duo Catalicia - Musica OurcetisQuelle est la probabilité pour que deux musiciens espagnols issus de villes distantes de mille kilomètres (Barcelone et Saint Jacques de Compostelle) se rencontrent à Paris ? Une probabilité quasi nulle… alors sans doute la chance a voulu que les destins de ces deux jeunes pianistes se croisent en 2012. La Catalogne et la Galice unies par la musique et le piano : Catalicía.
Dès leur rencontre, la magie musicale opère et ils décident de travailler ensemble. Animés par des sensibilités communes, ils mettent en résonance et harmonie leur origine espagnole et leur vie actuelle en France.
Ils se produisent régulièrement en concert en Espagne et en France : Casa Elizalde (Barcelone), Auditorium Casal del Metge (Barcelone), Festival M.A.C. (Castellón), Château de Morsang-sur-Orge, Théâtre de l’Ile-Saint Louis, …
Voilà une histoire de ce talentueux duo de pianistes : une rencontre entre deux pays, la musique et les arts, un tout mutuellement enrichi d’émotions, de contrastes de couleurs et de partage.

Ángel Álvarez

Pianiste et pédagogue espagnol, Ángel Álvarez commence très tôt à s’intéresser au langage corporel du pianiste grâce à Rita Torras, pianiste catalane et assistante en Espagne de Monique Deschaussées. Diplômé en piano du Conservatoire Supérieur de Musique de Barcelone dans la classe d’Ana Menéndez et recommandé par elle-même, il poursuit ses études à Paris avec Colette Fernier et Monique Deschaussées où il pourra mettre en pratique toutes ses connaissances pianistiques.

La richesse de son répertoire s’étend des compositeurs classiques jusqu’à ceux du XXème siècle, en passant par la musique de Georges Gerswhin, qui le touche particulièrement.

Angel Alvarez Safont se produit régulièrement en concert en France et en Espagne où il a fondé en 2010 un cycle de concerts d’été en partenariat avec l’Association Espagnole contre le Cancer (A.E.C.C.) afin de récolter des fonds pour la recherche contre cette maladie.

Ana Pérez Ventura

Pianiste et peintre à la fois, l’espagnole Ana Pérez Ventura, travaille autour des liens entre musique et arts plastiques. Diplômée en piano du Conservatoire Supérieur de Musique et en Beaux-arts de l’Université à Vigo (Espagne), elle poursuit ses études de musique à Amsterdam, à Barcelone et à Madrid avec Josep Colom. Ce dernier est à l’origine de son attachement si fort aux sonorités spécifiques du piano ; son maître la recommande auprès de Ramzy Yassa à Paris. C’est à l’université de la Sorbonne qu’elle obtient son master sur la relation entre musique et arts plastiques.

Elle est lauréate des bourses des fondations espagnoles Segundo Gil Dávila et Pedro Barrié de la Maza.

Ana Pérez Ventura se produit régulièrement en concert dans différentes salles en Espagne, à Amsterdam et à Paris. Invitée à plusieurs reprises par le cycle de concerts « Teresa Berganza », par le Festival «Xeración 2000+8», le Festival Mas i Mas (Barcelone), le Festival MAC (Moncofa) et le Festival John Cage du musée d’art contemporain de Vigo. En 2012, elle est invitée pour un récital en soliste au château de Chambord avec un programme original à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Debussy.

Son répertoire, dont un des traits remarquables est l’interprétation des oeuvres intimistes du compositeur catalan Federico Mompou, est plus particulièrement centré sur les musiciens qu’on pourrait qualifier de « coloristes ».

Le programme musical Catalicia

Voyage à quatre mains : Espagne – Buenos Aires – New York

Fermez les yeux et partez en voyage… L´idée est claire : profiter, le temps d’un concert, d’un voyage entre l´Espagne et l´Amérique.

Au départ, le pays d´origine des pianistes : l´Espagne. Notre voyage commence en Catalogne avec l´intimisme et la poésie de Frederic Mompou et la musique cosmopolite et rebelle de Xavier Montsalvatge. Après la Catalogne, l´Andalousie. Couleur, rythme et « duende » avec Manuel de Falla, une musique brillante, convaincante et vitale.

Avant de partir en Amérique, une dernière étape en Galice avec une touche d’humour d’Octavio Vázquez, un compositeur contemporain galicien installé à New York.

Le moment de traverser l´Atlantique arrive … L’Amérique du Sud, l´Argentine, le pays du tango. Nous partons dans l’exploration des moments les plus importants de l´évolution de cette danse sensuelle et mélancolique avec Astor Piazzola.

Nous arrivons alors à notre destination finale : New York, ville multiculturelle par excellence. Leonard Bernstein, avec West Side Story, fusionne l´Amérique du Nord et l´Amérique Latine avec une adaptation moderne du classique de Shakespeare : Romeo et Juliette. Un voyage plein de poésie, flamenco, tango et passion.

Frédéric Mompou Comptines

Xavier Montsalvatge Tres Divertimentos

Manuel de Falla Danzas Españolas nº 1 y 2 (La vida breve)

Octavio Vasquez Valse Noble et Sentimentale

Astor Piazzola Café 1930 (Historia del tango)

Leonard Bernstein West Side Story (extraits)

Le Tableau de la vie : un parcours musical à travers les différentes étapes de la vie

Le début de la vie : la naissance, les instants où l’on découvre la vie qui nous entoure, c’est le monde des enfants, de l’innocence, des contes et des fables. Ce début de concert s’inspire de cette période extraordinaire. Ma mère l’Oye, musique de Ravel, offre un retour à la simplicité de notre enfance. Elle rend hommage aux fables de Perrault et de La Fontaine, au monde enfantin, celui qui nous marque car il a été aussi, un jour, le nôtre. Le concert continue avec le passage à la vie adolescente, puis adulte, lorsque l’apprentissage nous mène à innover, comme la musique de Debussy, tout en rendant hommage aux artistes et aux formes plus classiques. C’est de cette idée que Debussy s’est inspiré pour écrire sa « Petite Suite » pour piano à quatre mains, dans un langage novateur qui ne cesse de rendre hommage aux formes les plus traditionnelles.

Au fur et à mesure que nous grandissons, nous affrontons les responsabilités et la concurrence de l’âge adulte. Mais c’est aussi un moment de maturité, de force et de liberté pour notre identité et notre personnalité.

En composant « Trois morceaux en forme de poire », qui est en réalité une suite de sept mouvements, Satie réagit de la plus belle manière à une critique de Debussy qui lui reprochait son manque de forme dans ses oeuvres.

Nous arrivons à la dernière étape de la vie, celle qui nous rend tous égaux, sans aucune différence de classe, de religion, de culture ou d’idées politiques, face à la mort. Le concert, comme la vie, se termine de façon dramatique, mais non sans laisser s’exprimer une légère ironie dans une dernière danse. Quelle meilleure façon d’admirer et de conclure ce tableau ? Ce tableau universel où toutes les couleurs sont permises, toutes les techniques et les mélanges sont possibles, les sentiments, les expériences, l’amour, la haine, l’espoir…

Maurice Ravel Ma mère l’Oye

Claude Debussy Petite Suite

Eric Satie Trois morceaux en forme de poire

Camille Saint Saëns Danse macabre

Concert-conférence - Les secrets du piano à quatre mains

Un piano et quatre mains : Pourquoi vouloir jouer ainsi ? Quelle est l’histoire du piano à quatre mains ? Primo, secondo… qui joue quoi ? Quel est le répertoire ? Chorégraphie des mains, utilisation des pédales, tournage des pages… quelle aventure !

Venez découvrir les réponses à ces questions et bien plus lors du concert commenté avec des projections vidéo en temps réel des mains sur le clavier.

Astor Piazzolla (1921 – 1992)

Histoire du tango : Café 1920

Anton Diabelli (1781 – 1858)

Pièces mélodiques op.149 : Scherzo en do majeur

Edvard Grieg (1843 – 1907)

Peer Gynt : Danse d’Anitra

Erik Satie (1866 – 1925)

Trois morceaux en forme de poire : Manière de commencement

Maurice Ravel (1875 – 1937)

Ma mère l’Oye : Pavane de la Belle au bois dormant et Laideronnette Imperatrice des pagodes 

Frederic Mompou i Dencausse (1893 – 1987)

Trois comptines : Dalt d’un cotxe – Margot, la pie – J’ai vu dans la lune

George Gershwin (1898 – 1937)

Prélude n° 2 en do dièse mineur

Leonard Bernstein (1918 – 1990)

West Side Story : Maria

Octavio Vázquez (1975)

Valse noble et sentimentale